La superbe exposition De Monet à Soulages : Chemins de la modernité (1800 - 1980) offre au regard de chaque visiteur ce qui je pense, est le symbole même du plus beau dans l’art, une "pépite" de la période impressionniste.

Claude Monet, n’a plus à faire ses preuves, mais il surprend toujours. Ce tondo constitue la première œuvre de sa série mythique des Nymphéas.

En 1907, Monet, lui même, parle de la révélation des féeries de son étang, au moment même, où il a compris le spectacle de la nature qui se jouait à lui. En qualité de spectateur, on ne peut qu’admirer le génie, l’habileté, le talent… admirer la féerie si bien représentée.

Que penser face à cette vision ? Est-il est vraiment nécessaire de penser ? Les couleurs sont douces, les formes harmonieuses, comme une symphonie réglée d’une main de maître (et pas n’importe lequel). Je vois cette toile comme une ode à la contemplation, à la méditation, comme une parenthèse dans la journée, une parenthèse gravée dans la toile.
Je veux rester devant ; voir tous les détails, les retenir, enregistrer chaque couleur qui s’estompe, chaque fissure laissée par le temps pourtant immobilisé. Je voudrai ressentir encore longtemps cette sensation de papillons dans le ventre, et un je ne sais quoi dans la gorge qui me fait échapper tous les plus beaux mots qui peuvent me venir… LE choc artistique…

Je me plais à imaginer la vision de Monet à l’instant où il a peint : le vent qui souffle, la lumière qui baisse et renaît, la pluie peut être qui menace. C’est un face à face avec soi même, avec nos sentiments, avec la nature, la beauté… une expérience qu’il ne faut pas manquer, qu’il faut se laisser le temps d’observer.

Venez vous aussi, vous abandonner, oublier, aimer et apprécier ce moment de sérénité.

Violette Gatty, 21 ans étudiante passionnée d’art

"J’ai mis du temps à comprendre mes nymphéas… Je les cultivais sans songer à les peindre… Un paysage ne vous imprègne pas en un jour… Et puis, tout d’un coup, j’ai eu la révélation des féeries de mon étang. J’ai pris ma palette. Depuis ce temps, je n’ai guère eu d’autre modèle".
Claude Monet

Rédigez votre commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Commentaires déjà publiés

Lucie

ven. 30 novembre 2018

Ce tableau est vraiment magique ! Quelle chance de le voir à nouveau exposé. Mon regard se perd dedans à chaque fois.

Antoine

lun. 3 décembre 2018

Ce tableau est puissant ! Je l'ai découvert vendredi soir lors du vernissage. Quand on le contemple de très près on se noie dans les nuances.
PS : félicitations pour l'éclairage de l'exposition, on a du mal à croire qu'il y a une vitre devant ce Monet.

Sylvie

lun. 3 décembre 2018

Génial cette toile ronde, je n'en avais jamais vue !

Louise

lun. 3 décembre 2018

Un article qui retranscrit bien ce que je ressens aussi face aux toiles de Claude Monet... Lyrisme végétal, nature poétique... voir cette toile au MAMC+, c'est juste tellement chouette !

Pierre-Emmanuel

mar. 4 décembre 2018

Merci pour ce partage d'émotions et de sensations très réussi… Et qui en appelle beaucoup d'autres, j'en suis certain. Votre ressenti donne envie de se plonger à son tour dans cette onde féérique. A bientôt alors, le MAMC+…

Olivier Foy

sam. 15 décembre 2018

On n'écrit pas "féérie" mais "féerie".